Douze entreprises nommées dont Aquassay, M-Tecks EAC et Atulam pour le Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018

|, Revue de presse|Douze entreprises nommées dont Aquassay, M-Tecks EAC et Atulam pour le Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018

Douze entreprises nommées dont Aquassay, M-Tecks EAC et Atulam pour le Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018

Le jury se réunit ce mercredi 19 décembre à Bordeaux pour désigner le lauréat du Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018 parmi 12 entreprises nommées pour ce prix sur les 12 départements de région. Le nom du gagnant sera dévoilé le 24 janvier à Bordeaux.

Qui va succéder à Epsilon Composite (33) Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2017??
Ce Grand Prix, organisé par la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, la Société Anonyme de Presse et d’Edition du Sud Ouest et la Région Nouvelle-Aquitaine, a pour objectif de mettre en lumière les douze entreprises nommées sur chaque département de la région Nouvelle-Aquitaine.
Le jury, composé de représentants des co-organisateurs et représentants économiques du territoire, se réunit aujourd’hui à Bordeaux. Ils vont devoir désigner le lauréat du Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018 parmi les 12 entreprises nommées pour ce prix sur les 12 départements de la Nouvelle-Aquitaine.

Trois entreprises limousines font partie des prétendantes au titre : Atulam pour la Creuse, M-Tecks pour la Corrèze, et Aquassay pour la Haute-Vienne.

Aquassay pour la Haute-Vienne

L’entreprise Aquassay a été choisie par le jury des Trophées des entreprises de la Haute-Vienne qui s’est réuni le 26 septembre à Limoges. Organisée par Le Populaire du Centre, la CCI de la Haute-Vienne et la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, cette deuxième édition, qui s’est déroulée lundi 10 décembre à Limoges, a récompensé l’entreprise limougeaude dans la catégorie “Innovation”.
Créée en 2015, Aquassay veut révolutionner l’utilisation, par les entreprises, d’une ressource rare : l’eau.

Stéphane Gilbert, président d’Aquassay à Limoges.

« L’eau est épuisable, altérable et coûteuse, explique Jean-Emmanuel Gilbert, directeur développement. Le résultat des activités humaines et industrielles a un impact sur notre environnement. L’usine du futur doit considérer cette situation. » Pour cela, l’entreprise s’appuie sur l’analyse des grandes masses de données, qui leur permet de modéliser la consommation d’eau d’une société.
« Notre, métier, reprend le responsable, c’est d’identifier et de réduire la production de pollution, et ainsi changer les usages. On peut réaliser des audits sur le site, mais aussi mettre à disposition des solutions, sous forme d’abonnement. »
Depuis sa création, Aquassay a amené plus d’une quarantaine de sites industriels améliorer la performance de leurs usages de l’eau. « Collecter les données, les analyser, ce n’est pas un enjeu d’innovation, explicite le directeur. En revanche, l’intelligence métier, interpréter les données pour les rendre opérationnelles, si. » De nouvelles levées de fonds sont prévues « pour préparer une nouvelle tranche de R & D », annonce Jean-Emmanuel Gilbert. Pour innover au fil de l’eau.

M-Tecks EAC pour la Corrèze

L’entreprise M-Tecks a elle aussi été récompensée dans la catégorie “Innovation”. C’était le mercredi 16 mai dernier, à Brive, lors de la première édition des Trophées des entreprises de la Corrèze, organisée par La Montagne et la CCI de la Corrèze.
Spécialiste de la robotique, M-Tecks EAC, entreprise d’ingénierie, mécanique et mécatronique basée à Donzenac, conçoit plus largement des process pour divers secteurs de l’industrie.

Entreprise M-Tecks EAC

Cette société s’est lancée en 2008 dans la conception de robots d’inspection (pour les canalisations encrassées, pour aller sur des zones polluées ou de conflits…). Mais « nous n’avons pas voulu faire que de la recherche, explique Fabrice Marsaleix, gérant et fondateur. À la base mécaniciens, nous avons décidé de produire nos prototypes, concevant et fabriquant la partie mécanique mais aussi électronique, les logiciels… ».
Le marché de la robotique étant un marché de niche, cette démarche a permis d’étendre le périmètre d’actions de la société en mettant à disposition son programme Recherche et développement à ses clients pour une prestation d’ingénierie. M-Tecks EAC va sortir trois nouveaux robots d’inspection, dont un petit à pattes pour évoluer sur une paroi verticale. « Et nous continuons à nous développer à l’international.

Atulam pour la Creuse

L’entreprise creusoise qui fabrique des fenêtres et des portes en bois, emploie 135 personnes. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 16 M€ en 2017. Atulam qui est en plein développement réfléchit à changer de matière première. Par souci d’économie et d’écologie.
Actuellement, les fenêtres Atulam sont réalisées avec du bois exotique, venant majoritairement d’Afrique, des mélèzes, des pins sylvestres et des chênes d’Europe. Le problème, c’est que le chêne, très prisé par la Chine, est de moins en moins disponible et donc de plus en plus cher.

Atulam à Jarnages.

Le rêve du PDG, Xavier Lecompte serait d’utiliser le bois local. Il réfléchit à l’utilisation du douglas, très présent en Nouvelle- Aquitaine. Mais pas dans sa forme actuelle. « Il y a un gros problème de stabilité avec ce bois qui est très nerveux, raconte le chef de l’entreprise d’Atulam. C’est donc très compliqué pour appliquer la finition. »
Le chef d’entreprise mène quand même des études en sous-marin pour voir si ce bois pourrait être efficace à l’avenir dans la confection de menuiseries. C’est un projet sur le long terme qui s’inscrirait un peu plus dans sa marque : La fenêtre française®.
En attendant, pour tenter de remplacer le chêne, ou du moins le diminuer, l’entreprise creusoise pense au châtaignier. « C’est une belle essence, estime Xavier Lecompte. Cela nous permettrait de faire des fabrications mixtes avec du chêne et du châtaignier. » Et surtout de réduire les coûts galopants du chêne, tout en continuant à produire à partir d’une essence localisée en Europe.

 

Les douze nommés en Nouvelle-Aquitaine

1- Espace Investissement (La Rochelle, 17) : restauration de bâtiments anciens au cœur des villes.
2- Starpack (Cognac, 16) : sous-traitance Cognac et embouteillage.
3- M-Tecks EAC (Donzenac, 19) :  fabrique des machines ou des robots à partir de concepts inventés par ses clients.
4- Goupil Industrie (Bourran, 47) : conçoit et fabrique des véhicules utilitaires électriques à destination des collectivités et entreprises.
5- Berkem (Gardonne, 24) : spécialisé dans l’extraction végétale.
6- Sokoa (Hendaye, 64) : fabricant de sièges de bureau et collectivités, leader en France.
7- Mecadaq Group (Tarnos, 40) :  fabrique des pièces de haute précision pour l’industrie aérospatiale.
8- Groupe GT (Bassens, 33) : transports et logistique.
9-  Aquassay (Limoges, 87) : spécialiste de l’efficacité hydrique en industrie.
10- SA Martin Emballages (Auge, 79) : fabrication d’emballages en bois eco-responsables.
11- Adial (Adriers,86) :  production et transformation d’aluminium d’alliages.
12- Atulam (Jarnages, 23) : fabricant de portes et fenêtres sur mesure pour les professionnels et particuliers.

 

Source : Anne-Sophie Pédegert, Sébastien Dubois, Romain Conversin – www.lepopulaire.fr – Publié le 18/12/2018 à 07h55 – Douze entreprises nommées dont Aquassay, M-Tecks EAC et Atulam pour le Grand Prix Nouvelle-Aquitaine 2018

2018-12-18T11:03:36+00:00 18/12/2018|Mise en avant : Page Accueil, Revue de presse|