Économie : l’héritage du passé sublimé

|||Économie : l’héritage du passé sublimé

Économie : l’héritage du passé sublimé

Elle est l’un des leaders mondiaux de l’aéronautique et la référence mondiale de l’hélice. Ratier avec ses 1 300 salariés est en effet une industrie de pointe, née à Figeac en 1918. L’année 2018 a donc été l’occasion de célébrer son centenaire sur le site de Ceint-d’Eau, en accueillant près de 4 000 visiteurs courant septembre.

L’autre temps fort de cette année 2018 est sans nul doute l’intégration de l’entreprise au sein de la Boeing French Team. L’équipementier aéronautique français Ratier rejoint ainsi le cercle très fermé des proches partenaires de l’avionneur américain Boeing. Une reconnaissance qui prouve l’excellence industrielle de Ratier-Figeac.

L’entreprise nourrit le projet d’une nouvelle extension de son site figeacois.


L’événement «éco»

En 2018, c’est Figeac qui organisait la grande foire économique du territoire lotois. Cet événement commercial incontournable, qui se déroule tous les trois ans dans la cité de Champollion, a attiré pour cette 24e édition, plus de 15 000 visiteurs.

En 2018, la foire innovait sur une formule plus courte, préférant se concentrer sur cinq jours dynamiques et animés, plutôt que dix jours, une période jugée trop longue à tenir par les participants. La nocturne du vendredi soir a même retrouvé son caractère festif d’antan, pour la plus grande joie du comité d’organisation de la foire-exposition de la ville et des 130 exposants.

Les visiteurs ont apprécié aussi la foire agricole qui a également tenu toutes ses promesses.

À Figeac, le rendez-vous est déjà fixé pour une 25e édition, en 2021.


Figeac Aéro, un pied en Chine

Il ne manquait plus que l’Asie au palmarès de Figeac Aéro. Jean-Claude Maillard, en fin stratège, a comblé ce manque en 2018, en faisant de son groupe le premier sous-traitant français à s’implanter sur le marché chinois. Le P.-D.G. de Figeac Aéro a en effet signé une convention avec Shandong Nanshan Aluminium Co., Ltd, un des leaders de la production d’aluminium. Shandong fournira donc la matière première, Figeac Aéro son savoir-faire pour produire des pièces de structures en aluminium de moyennes et grandes dimensions pour une large gamme d’applications aéronautiques. Dans un premier temps, il s’agira de profils, puis de tôles dites épaisses et de tôles forgées. La construction d’une usine devrait permettre à Figeac Aéro et son nouveau partenaire de produire dès la mi-2019 en Chine.


Le cahors, future star

La stratégie lancée il y a dix ans par l’UIVC (union interprofessionnelle du vin de Cahors) pour faire basculer le cahors dans la catégorie des grands vins de terroir parvient à ses fins.

Identifiée comme une «star de demain», l’appellation cahors, à en croire plusieurs magazines financiers, a de sérieux atouts pour capter l’attention des investisseurs. La Revue du Vin de France, dans son numéro de juillet-août 2018, titrait à propos des vins du Sud-Ouest : «Cahors est redevenue le creuset des plus grands malbecs du monde».


70 bougies pour Pivaudran

Le luxe est intemporel. La preuve : Pivaudran à Souillac est un des partenaires de référence des marques de luxe et vient de fêter les 70 ans de son activité. Leader du marché des composants métalliques d’emballage destinés à la parfumerie et à la cosmétique, la société a pris un virage stratégique en 2018.

Avec 200 personnels sur site, Pivaudran vient de se doter d’un atelier neuf de 3 000 m2.

En 2019, elle poursuivra ses investissements avec une nouvelle ligne d’anodisation automatisée (chaîne de traitement de surface).


Destination Porto

L’aéroport Brive Vallée de la Dordogne suit tranquillement son plan de vol. Et, vient d’ajouter en 2018 une destination à sa carte avec Porto.

Après Paris-Orly, Lyon-Saint-Exupéry, et en saison, Londres et Ajaccio, l’aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne va se tourner vers le Portugal, dès le mois d’avril 2019. L’objectif est d’atteindre 100 000 passagers transportés au départ de Brive d’ici 2020, contre 70 000 actuellement.

L’aéroport du nord lotois souhaite également se doter d’une zone d’activité économique à vocation aéronautique.


Rencontres en Mecanic Vallée

Ce cluster industriel a fêté la 20e édition des rencontres de la Mecanic Vallée.

120 entreprises ont participé à ses rencontres d’affaires 2018, à Figeac, pour totaliser près de 1 200 rendez-vous économiques entre donneurs d’ordre et entreprises, sur une unique journée.


Au royaume de la truffe

Sur 100 hectares de terrain caillouteux qui s’étendent aux portes de Sauzet, en Quercy Blanc, sort de terre ce qui sera la plus grande truffière de France. Ce projet, on le doit à Frédéric Delfour, négociant en truffes, qui veut refaire du Quercy Blanc un secteur trufficole comme dans les années 1950.

La botte secrète de ce passionné ? Ce sont ses plants truffiers mycorhizés nés des recherches conduites dans son laboratoire de Mercuès «100 % truffes».


ANL double sa surface

Implantée depuis 28 ans à Cahors sud, l’entreprise ANL France qui emploie 44 salariés a doublé sa surface de production en 2018.

Elle s’est en effet équipée d’un nouveau bâtiment de 6 000 m2, situé à côté de l’usine historique spécialisée dans la fabrication de barquettes et emballages plastiques alimentaires.

Cette impressionnante extension abrite une zone de stockage et une ligne de production flambant neuve dotée d’un système de levage automatique.

ANL France fabrique entre 500 et 600 millions de barquettes par an, dans le Lot. Elles sont destinées à l’agroalimentaire. L’objectif de son directeur, Filip Mertens, est d’accroître son activité de 30 % d’ici 2020.

En investissant plus de 12 M€ dans son outil de production, la société familiale dirigée par Filip Mertens qui affiche 17 millions d’euros de chiffre d’affaires, prend un virage décisif pour son développement.


Les yaourts au bon lait du Lot

À Bagnac, Cant’Avey’Lot a profité de cette année 2018 pour diversifier sa gamme de produits. C’est désormais le yaourt de l’entreprise de Bagnac-sur-Célé qui s’invite dans nos frigos depuis quelques mois. Il s’agit de yaourts au lait entier nature ou vanille qui représentent une production de 2 millions de pots pour l’année 2018. Cant’Avey’Lot c’est aussi du lait demi-écrémé, de l’aligot et du fromage.

2019-01-10T11:00:00+00:00 07/01/2019|Revue de presse|